StarCraft II Revolution Overdrive

Nom
Notes
Durée
Acheter sur iTunes
1
Jem's Tune
Big Tuna est né à la fin de l’été 2036 des cendres fumantes du groupe de Mar Sara bien connu dans le coin, les « Velvet Vultures », lorsque leur pause de deux mois est devenue définitive, le chanteur Les McMurray étant présumé décédé. Le groupe s’est rapidement reformé autour du noyau de la section rythmique, avec Jeff (Stumpy Pete) Cassens à la batterie et John (John) Bazz à la basse. Rejoints par Scott (DaStink) Scheuneman à la guitare et l’expérimenté Matt (Big Matty) Samia à la guitare et au chant, ils ont obtenu le succès avec les tubes « Jem’s Tune », « Dim Lights, Thick Smoke, and Loud, Loud Music » et « Sweet Home Alabama » avant de retomber dans un relatif anonymat. On entend parfois que les Tuna, qui appartiennent désormais à la catégorie « que sont-ils devenus », ont joué au bar du Motel 5, un peu à l’écart de la grand-rue, deux clics plus bas de l’autre côté de la voie ferrée. Dites que c’est Matty qui vous envoie.
02:05
2
Suspicious Minds
Menés par un chanteur hors du commun, Chris (« Poppy ») Metzen, les Bourbon Cowboys ont accumulé une liste de tubes trop nombreux pour qu’on les cite tous ici. Depuis leur premier album, « Hearts and Minds », et jusqu’à leurs titres les plus récents, ils sont toujours restés fidèles à leurs racines : le bourbon, les vaches et une haine incandescente, absolue, aveugle, à l’égard du Dominion. Leur récente reprise de la ballade folk traditionnelle « Suspicious minds » est un hommage à ces valeurs, en particulier le bourbon et la haine. Poppy a donné une réponse restée célèbre lorsqu’on lui a demandé à quel point il haïssait le Dominion : « Beaucoup, mec ! Vraiment beaucoup ! ». Nous répondons la même chose quand on nous demande à quel point nous aimons les Bourbon Cowboys : « Beaucoup, mec ! Vraiment beaucoup ! »
04:22
3
Zerg, Shotgun, You
Hors-la-loi. Poète. Cow-boy. Beatnik. Hors-la-loi. Voilà certains des mots qu’on a employés pour décrire l’énigmatique et rarement vu « White Boy James ». On en sait peu sur ses origines ou son lieu de résidence actuel, mais il nous a laissé un corpus d’œuvres que la plupart des autres hors-la-loi beatniks cow-boys poètes hors-la-loi ne sauraient égaler. Depuis son premier tube, « Excuse Me For Scribblin’ », jusqu’au plus récent « Zerg, Shotgun, and You », James « White Boy » Page a toujours défié l’autorité, depuis des décennies maintenant. La rumeur le dit âgé de plus de 120 ans. Il a été vu pour la dernière fois en train de plonger dans un sas lors de la grande évasion de Néo-Folsom. Une grande figure du rock’n’roll avec laquelle il faut compter.
03:17
4
Most Wanted
The Terran Band est ce qui se fait de plus insidieux dans le genre subversif : ils sont à l’intérieur. Dans les profondeurs de Néo-Folsom, où ils purgent des peines de prison allant de 112 à 2013 ans, The Terran Band enregistre ses compositions pro-Raynor et anti-Mengsk sur des savons, qui sont passés clandestinement hors de la prison par différents moyens, le plus fréquent étant l’ingestion suivie de la régurgitation. La rumeur dit qu’il s’agirait de Jerry (Mars) Marotta à la batterie, Tony (« The Fixer ») Levin à la basse et instruments assimilés, Jesse (« Greasy ») Gress et Ben (« The B-Man ») Butler à la guitare, Daniel Weiss au clavier et Candy Girard au violon. Espérons que leurs identités resteront secrètes et que de nombreux autres classiques du rock sortiront de NF, gravés dans des sillons de savon.
02:58
5
Dim Lights, Thick Smoke, And Loud, Loud Music
Big Tuna est né à la fin de l’été 2036 des cendres fumantes du groupe de Mar Sara bien connu dans le coin, les « Velvet Vultures », lorsque leur pause de 2 mois est devenue définitive, le chanteur Les McMurray étant présumé décédé. Le groupe s’est rapidement reformé autour du noyau de la section rythmique, avec Jeff (Stumpy Pete) Cassens à la batterie et John (John) Bazz à la basse. Rejoints par Scott (DaStink) Scheuneman à la guitare et l’expérimenté Matt (Big Matty) Samia à la guitare et au chant, ils ont obtenu le succès avec les tubes « Jem’s Tune », « Dim Lights, Thick Smoke, and Loud, Loud Music » et « Sweet Home Alabama » avant de retomber dans un relatif anonymat. On entend parfois que les Tuna, qui appartiennent désormais à la catégorie « que sont-ils devenus », ont joué au bar du Motel 5, un peu à l’écart de la grand-rue, deux clics plus bas de l’autre côté de la voie ferrée. Dites que c’est Matty qui vous envoie.
02:29
6
Raw Power
Originaire du delta du benzène de Roméo 28, ce groupe de hard rockeurs mineurs de l’espace a rejoint relativement récemment la scène rock de Mar Sara. Leur reprise adoucie du « Raw Power » des Bourbon Cowboys témoigne de leur haine à l’égard de tout ce qui vient du Dominion. Notons que « Raw Power » a fait l’objet de plus de 1200 reprises ces 500 dernières années, ce qui en fait la chanson la plus enregistrée de l’histoire après « Terran Up the Night ». Les membres survivants du groupe purgent actuellement plusieurs peines de prison à vie à Néo-Folsom pour d’innombrables crimes et pour débauche.
03:50
7
Free Bird
Ce groupe de durs originaires de Néo-Downey envoie du rock’n’roll à vous brûler les oreilles depuis des décennies. Sur cette face B relativement peu connue, nous entendons la rébellion « ensanglantée mais insoumise » d’une génération qui a grandi sous le poing d’acier du Dominion. Phil (« Screamin’ Skill ») Alvin délivre ses paroles avec un intrépide sentiment d’urgence. Elles parlent de la liberté perdue et des aspirations meurtries de ceux qui rêvent dans toute la galaxie. Il est accompagné par Bill (« Baby Meat Sticks ») Bateman à la batterie, John (« Johnny ») Bazz à la basse et Keith (« the Gripper ») Wyatt à la guitare. Cet excellent quartette donnera bientôt le premier concert de sa tournée mondiale attendue depuis si longtemps à Néo-Bakersfield.
05:52
8
An American Trilogy
On ne sait rien de ce représentant parmi les plus reconnaissables des artistes anti-Dominion. Son enregistrement d’« American Trilogy » a été découvert au fond d’un congélateur, derrière une dinde. Restaurée « numériquement » à partir de l’original en 8 pistes, cette chanson a su capter l’imagination et la ferveur de toute une génération. Probablement une démo que l’artiste a enregistrée chez lui pour sa mère, cette chanson est de loin l’expression la plus épique jamais connue du sentiment anti-Dominion. Même si les historiens vont continuer de débattre de la signification exacte du terme « American » pendant des générations, nous pouvons être assurés que Brian « A » Bode vivra pour toujours dans le cœur de millions de personnes.
04:53
9
Rumble
Derrière les pseudonymes impénétrables de « Gator », « Ape », « Crawdaddy » et « Swampfox », ce groupe a passé 21 semaines au sommet de la liste des individus les plus recherchés du Dominion. Leur interprétation moite et subversive du classique folk « Rumble » a fermement établi leur statut de favoris des critiques comme des forces de l’ordre du Dominion. Alors que le successeur de « Rumble » tarde à arriver, nous attendons avec impatience leur prochaine incursion dans le royaume du folk-country-rock-blues alternatif anti-establishment. Longue vie aux Knobs !
03:15
10
Excuse Me For Scribblin'
Hors-la-loi. Poète. Cow-boy. Beatnik. Hors-la-loi. Voilà certains des mots qu’on a employés pour décrire l’énigmatique et rarement vu « White Boy James ». On en sait peu sur ses origines ou son lieu de résidence actuel, mais il nous a laissé un corpus d’œuvres que la plupart des autres hors-la-loi beatniks cow-boys poètes hors-la-loi ne sauraient égaler. Depuis son premier tube, « Excuse Me For Scribblin’ », jusqu’au plus récent « Zerg, Shotgun, and You », James « White Boy » Page a toujours défié l’autorité, depuis des décennies maintenant. La rumeur le dit âgé de plus de 120 ans. Il a été vu pour la dernière fois en train de plonger dans un sas lors de la grande évasion de Néo-Folsom. Une grande figure du rock’n’roll avec laquelle il faut compter.
02:48
11
Blood And Glory
The Terran Band est ce qui se fait de plus insidieux dans le genre subversif : ils sont à l’intérieur. Dans les profondeurs de Néo-Folsom, où ils purgent des peines de prison allant de 112 à 2013 ans, The Terran Band enregistre ses compositions pro-Raynor et anti-Mengsk sur des savons, qui sont passés clandestinement hors de la prison par différents moyens, le plus fréquent étant l’ingestion suivie de la régurgitation. La rumeur dit qu’il s’agirait de Jerry (Mars) Marotta à la batterie, Tony (« The Fixer ») Levin à la basse et instruments assimilés, Jesse (« Greasy ») Gress et Ben (« The B-Man ») Butler à la guitare, Daniel Weiss au clavier et Candy Girard au violon. Espérons que leurs identités resteront secrètes et que de nombreux autres classiques du rock sortiront de NF, gravés dans des sillons de savon.
02:42
13
Sweet Home Alabama
Big Tuna est né à la fin de l’été 2036 des cendres fumantes du groupe de Mar Sara bien connu dans le coin, les « Velvet Vultures », lorsque leur pause de 2 mois est devenue définitive, le chanteur Les McMurray étant présumé décédé. Le groupe s’est rapidement reformé autour du noyau de la section rythmique, avec Jeff (Stumpy Pete) Cassens à la batterie et John (John) Bazz à la basse. Rejoints par Scott (DaStink) Scheuneman à la guitare et l’expérimenté Matt (Big Matty) Samia à la guitare et au chant, ils ont obtenu le succès avec les tubes « Jem’s Tune », « Dim Lights, Thick Smoke, and Loud, Loud Music » et « Sweet Home Alabama » avant de retomber dans un relatif anonymat. On entend parfois que les Tuna, qui appartiennent désormais à la catégorie « que sont-ils devenus », ont joué au bar du Motel 5, un peu à l’écart de la grand-rue, deux clics plus bas de l’autre côté de la voie ferrée. Dites que c’est Matty qui vous envoie.
04:50
14
Terran Up The Night
Le groupe de métal le plus puissant jamais entendu par des Terrans, des Zergs, et s’ils ont des oreilles, par des Protoss, voyage à travers l’espace et le temps. Les légendaires Level 80 Elite Tauren Chieftain sont originaires d’une galaxie lointaine, très lointaine, encore plus lointaine que celle à laquelle vous pensez. On en sait peu sur ces antihéros du juke-box, à part qu’ils ont laissé la population de leur propre monde dévastée par leurs décibels. Cette troupe hétéroclite de conquérants pan-galactiques traverse les abysses de l’espace à la recherche de nouvelles galaxies et de tympans à infester. Leur attaque apocalyptique sur vos oreilles est imminente et leurs pointeurs laser ont une nouvelle cible, le secteur de Koprulu. Toute résistance n’est pas seulement futile, mais tout simplement une très mauvaise idée.
04:30
Échantillon de 30s.
Durée totale : 00:54:12
Total : 14 morceaux
À propos de cet album Tout lire

L’odeur de la poudre, de la sueur, de la bière rance, de la fumée, des rêves brisés, du sang, du whisky, de la haine aveugle... C’est ce que vous sentirez, si vous mettez un pied au Joeyray’s, un pub peu connu, réservé aux locaux, situé très loin des sentiers battus d’un des coins les plus arides et mal famés de Mar Sara. Mais depuis que la rumeur affirme qu’il s’agit du quartier général secret à partir duquel le rebelle notoire Jim Raynor mène la résistance contre toutes les facettes du Dominion, le Joeyray’s est devenu le symbole de tous ceux qui se dressent contre la tyrannie de notre bien aimé dirigeant Arcturus Mengsk !

Le Joeyray’s est aussi réputé parmi les amateurs de musique pour héberger un rare exemplaire en état de marche de la plus rebelle des machines, le « juke-box ». On dit que cet appareil abrite les disques les plus engagés et subversifs qu’on puisse trouver dans le secteur de Koprulu. En tant que critique et passionné de musique, je me devais de faire ce pèlerinage. Par une soirée d’automne l’an dernier, j’ai pris mon courage à deux mains, ajusté mon béret et je suis monté dans le taxi le plus crasseux et le moins respectable que j’aie pu dégoter.

Le tacot puant m’a déposé devant une construction de briques grises perdue au milieu de nulle part, puis a filé aussitôt en pétaradant, dans un nuage de poussière orangée. Je suis resté ensuite seul de longues minutes, à quelques mètres des portes battantes donnant accès au saloon. Soit je trouvais le courage de pénétrer la tête haute dans ce lieu de perdition, soit je marchais sur plus de 30 kilomètres, affrontant le sable, les coyotes et Mengsk sait quoi encore, à travers la pénombre grandissante, pour rentrer chez moi la queue entre les jambes. C’est à ce moment-là que je l’ai entendue : la douce mélodie de la liberté qui m’appelait, portée par le vent, à peine audible au milieu des injures, cris et bris de verre émanant de clients déjà bien imbibés. Je suis resté tétanisé, cloué sur place par les morceaux les plus brillamment subversifs de la galaxie : Big Tuna, The Dirty Knobs, The Blasters, White Boy James, The Bourbon Cowboys, Brian. A Bode, Romeo Delta, The Terran Band, LVL80ETC... Les voix de toute une génération, désormais muselées par le Dominion. J’ai remonté les épaules, redressé la tête, incliné mon béret de manière décontractée, et j’ai poussé les portes aussi virilement que possible.

Quinze minutes plus tard, alors que je boitais, avec mon caleçon sur la tête, sur la route qui me ramenait chez moi, je réfléchissais à l’étrange paradoxe du Joeyray’s. Tout en épongeant ma lèvre ensanglantée et en tentant vainement de dégager mon béret, je ne pensais qu’au plaisir incroyable d’avoir partagé quelques minutes avec des gens de cette trempe, mes semblables, mes frères, les rebelles les plus recherchés de tout le Dominion. Je savais que je reviendrais le lendemain pour m’imbiber de whisky de contrebande et de cette atmosphère enivrante de révolte, pour goûter aux saveurs oubliées de la parole libre et débridée, pour ressortir avec mon caleçon sur la tête en signe d’humour et d’amitié... Une sacrée bande de voyous imbus de liberté ! Viva la Revolución !

-Humbert H.
Critique artistique et musical
Mar Saran Evening Gazette

.
Crédits Tout montrer

Composé par : Matt Samia (01), Mark James (02), Anthony Theisen, James Page, John Denton (03), Glenn Stafford (04, 11), Joe Maphis , Max M. Fidler, Rose Lee Maphis (05), Iggy Pop, James Williamson (06), Allen Collins, Ronnie Van Zant (07), Mickey Newbury (08), Link Wray, Milton Grant (09), James Page (10), Mark James (12), Edward C. King, Gary Robert Rossington, Ronnie Van Zant (13), Level 80 Elite Tauren Chieftan (14)

Chœurs : Clydene Jackson , Jeff Gunn , Kala Balch , Vangie Gunn (02, 13)


Interprété par : Big Tuna (01, 05, 13), The Bourbon Cowboys & Chris Metzen (02, 12), Whiteboy James et les Blues Express (03, 10), Groupe terran de StarCraft (04, 11), Romeo Delta (06), The Blasters (07), Brian Bode (08), The Dirty Knobs (09), Level 80 Elite Tauren Chieftan (14)

Autres : A&r [Talent Relations] Andrea Toyias/ Illustrations par [livret de l’album] Angela Blake, Bernie Kang, Brian Huang, Dominic Qwek, Jeff Chamberlain, Matt Samia, Samwise Didier, Steve Hui/ Coordinateurs Dennis Crabtree, Jay Maguire, Keith Landes, Thomas Pieracci/ Liner Notes Humbert H./ Producteur [album] Matt Samia