15e anniversaire de Diablo

À propos de cet album Tout lire
Le tout premier jeu Blizzard auquel j’ai joué était le premier épisode de Diablo. Dès le début, j’ai été frappé par l’approche unique, inattendue et pourtant terriblement efficace, de la musique créée par Matt Uelmen. La sensation d’immersion était instantanée et totale. Je savais que je découvrais quelque chose de remarquable dans le monde du divertissement, quelque chose qui marquerait de son empreinte la communauté des joueurs du monde entier.


Suite à l’annonce de Diablo III, chaque membre de l’équipe responsable de la musique chez Blizzard savait qu’il lui faudrait être à la hauteur des attentes des joueurs, mais aussi de lui-même. La bande sonore devait s’inscrire dans la continuité des précédents jeux de la série, tant en termes de style que d’émotions, mais il fallait aussi évoluer pour suivre l’histoire et offrir aux joueurs un voyage surprenant et inédit à travers Sanctuaire et au-delà.

C’est pourquoi, même si vous commencez l’aventure accompagné d’accords de guitare familiers et de paysages sonores éclectiques, et que vous ne tarderez pas à entendre à nouveau les cinq notes ascendantes qui constituent le thème principal de la série, la musique de Diablo III vous emmènera bientôt vers de nouvelles contrées, vous permettant de découvrir de nouveaux personnages et de voir certaines vieilles connaissances sous un jour nouveau. Voici quelques-unes des approches que nous avons utilisées pour écrire et enregistrer la musique de cette nouvelle histoire prenante.

Matt Uelmen en personne a interprété la plupart des parties de guitare de « Nouvelle-Tristram » et a été rejoint par Laurence Juber, musicien chez Blizzard depuis de longues années, qui a joué lors de l’Invitational de Paris et, avant ça, au sein des Wings de Paul McCartney. Conçue pour donner la sensation de retrouver un vieil ami, la tapisserie de guitares, mandolines, tympanons, instruments d’orchestre et « sons découverts » devrait sembler familière à tous les amateurs de Diablo.

Depuis longtemps, Blizzard privilégie la subtile alchimie de la musique jouée par des êtres vivants dans ses jeux, enrôlant les talents de solistes, de chœurs et même d’orchestres complets. De nombreux musiciens en chair et en os ont apporté leur touche unique à la musique de tous les précédents Diablo, culminant avec l’incroyable musique orchestrale, quasiment wagnérienne, qui rythme Diablo II: Lord of Destruction. Au cours des dernières années, nous avons écrit et enregistré des heures de musique avec bon nombre de musiciens pour World of Warcraft et StarCraft II: Wings of Liberty.

Pour doter Diablo III de sa couleur propre, nous avons choisi d’enregistrer le Pacific Symphony « à domicile », dans la salle de concert Renée and Henry Segerstrom en Californie du Sud. Il nous a semblé naturel d’enregistrer une partition conçue pour illustrer un conflit ancestral dans un espace acoustique reflétant une des plus anciennes manières d’écouter la musique jouée en direct : une salle immense qui ne nécessite aucune amplification. Capturée dans cet environnement magistral, la musique de Diablo III contraste fortement avec l’approche très moderne utilisée pour StarCraft et le son digne d’une cathédrale de Warcraft.

Mais quel récit gothique serait complet sans un chœur épique ? Et pourquoi ne pas en utiliser deux, même ? Nous avons donc choisi deux chœurs pour donner vie aux différents camps de ce conflit éternel. Nous avons commencé par voyager en Europe, où les accents régionaux nous ont permis d’obtenir un son inhabituel, tout en restant familier, comparativement à celui dont Hollywood abreuve nos oreilles. Nous avons également joué le contre-emploi en invitant les voix sublimes et séduisantes du groupe vocal irlandais ANÚNA pour représenter les Enfers et leurs Démons primordiaux, alors qu’un groupe principalement composé d’hommes issus des London Voices prêtait son timbre au Conseil des Angiris du Paradis. Les deux ensembles vocaux ont été enregistrés dans leur « habitat » musical respectif : Windmill Lane à Dublin et le studio deux d’Abbey Road à Londres.

Tous les membres de Blizzard Entertainment, notamment la talentueuse et dévouée équipe de conteurs sonores qui constitue le département Son et Musique, espèrent que vous apprécierez cette aventure musicale avec un enthousiasme encore plus vibrant que celui dont nous avons fait preuve en la créant. Et comme dirait Deckard Cain, « Restez un instant et écoutez-moi… »

Russell Brower
Directeur de l’audio/Compositeur
Blizzard Entertainment
Mai 2012